Chirurgie de gynécomastie ; indications et contre indications

27 Août
gynécomastie Tunisie

La gynécomastie est un élargissement bénin du sein chez l’homme. Cette hypertrophie mammaire résulte d’une prolifération du composant glandulaire du sein masculin. De là, la réduction mammaire demeure l’unique acte chirurgical correctif. Cependant, si la gynécomastie n’est pas traitée correctement, des problèmes persistants pourraient survenir après la chirurgie. C’est pourquoi il est important de rechercher un chirurgien expérimenté et de respecter les contre-indications.

Différence entre gynécomastie et pseudo gynécomastie

La gynécomastie doit être différenciée de la pseudogynécomastie (lipomastie), caractérisée par un dépôt de graisse sans prolifération glandulaire.

La pseudo-gynécomastie peut être améliorée par les changements de mode de vie. La perte de poids est toujours la première option recommandée avant de poursuivre des options chirurgicales. Toutefois, dans certains cas, le régime alimentaire et l’exercice ne suffisent pas car cette zone ne répond pas bien à la perte de poids. Même lorsqu’un homme a un poids idéal, le corps peut accumuler un excès de graisse dans ces zones. La liposuccion fonctionne bien pour éliminer la gynécomastie grasse.

Par contre, la vraie gynécomastie est caractérisée par un excès de tissu glandulaire qui nécessite une ablation. L’aspiration de l’excès de graisse reste une option supplémentaire si le tissu adipeux n’est pas fibreux et assez difficile à enlever.

Contre-indication de la chirurgie de gynécomastie

La mammoplastie de réduction (chirurgie de réduction mammaire) est prévue dans les cas graves de la maladie. C’est, en effet, une ultime solution si les traitements médicamenteux n’ont pas été efficaces pour aider à rétablir une apparence mammaire normale.

Le chirurgien peut interdire la chirurgie de gynécomastie si le patient présente des antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire. En outre, le tabagisme constitue un facteur de risque qui peut aboutir à une nécrose cutanée. Un patient fumeur subira un retard de guérison et de cicatrisation. Le chirurgien le privera, donc, des cigarettes durant deux mois avant et après l’opération.

Share: